Le cahier AtWork

Roberto Casati

Le projet vise à explorer les capacités de contribuer à la connaissance (connaissance affectives, individuelle et sociale) du carnet, tel qu’il est utilisé dans le contexte d’une activité créative spécifique, les ateliers AtWork, organisés par Simon Njami principalement en Afrique sub-saharienne, et soutenus par la Fondation Moleskine. Nous voulons explorer le rôle du carnet comme catalyseur de la créativité et comme élément structurant pour la cognition sociale et la création d’une intelligence collective.

Nous nous intéressons en particulier aux questions de recherche suivantes qui définissent les avantages cognitifs, affectifs et sociaux des carnets de notes :

– Low tech et connaissance : comment un instrument de faible technicité peut-il être encore irremplaçable dans certaines pratiques ? Quelles sont les pratiques qui le rendent indispensable ?
– Comment l’utilisation du carnet module-t-elle l’attention, l’organisation de la mémoire et la planification ?
– Comment la connaissance sociale est-elle créée par l’utilisation publique du carnet ?
– Multimodalité de l’expérience d’écriture : le carnet comme espace d’écriture, de dessin, de représentation tactile et auditive et d’expérience
– Quelles sont les différences entre le carnet en tant qu’instrument de production et le carnet en tant que support de consommation ?

Projet précédent Projet suivant